LES FAÏSSES PAR LA NIELLE

A SAINT-LAURENT-DE-LA-CABRERISSE

Type d'itinéraire : Pédestre

Référence carte : IGN 2446 Est , IGN 2446 Ouest

Saisons : Printemps, Automne

Description :

La Nielle, Nigella, de son petit nom latin, se déroule sur 12 km avec une pente à 8%. Proche du village, elle côtoie les jardins. Le long de son cours, l’érosion a formé une invasion de roselières et de cannes de Provence. A contempler sans limite…

(!) Suite à un épisode pluvieux, le niveau de la Nielle est susceptible de varier : le sentier risque alors d’être submergé, donc impraticable.
Panneau indicatif des boucles devant la Mairie.

Descriptif détaillé :

Se diriger plein sud, par la rue d’En Jacou, la rue de las Ieras, puis tourner à gauche dans la rue de la Beurada. Au bout de la rue,
descendre le long de la Nielle par un sentier en balcon, puis dans le lit de la rivière.
Deux possibilités s’offrent alors :
A) si vous optez pour le ruisseau d’en Janet (1), des marches sur la droite donnent accès au sentier qui grimpe gaillardement au
milieu des cyprès. Il débouche bientôt dans une vigne. (2) Partir sur la droite et longer les vignes du Planal jusqu’à rejoindre le chemin principal (3). Le chemin rejoint bientôt une petite route que l’on emprunte à gauche et qui rejoint bientôt le village.
B) un aller/retour (15 mn) jusqu’au moulin de la Turbine (4) puis revenir vers l’itinéraire A, par le ruisseau d’en Janet. Ou pour les plus courageux, par une variante plus “sportive”, arrivés devant le moulin (4), prendre le sentier à gauche qui passe au-dessus de la turbine et grimpe fortement avant de prendre pied sur le Planal. Longer les vignes du Planal jusqu’à rejoindre le chemin principal (3).
Le chemin rejoint bientôt une petite route que l’on emprunte à gauche et qui rejoint bientôt le village.

LA NIELLE :
Nigella, de son petit nom latin, est un affluent de l’Orbieu. Elle est riche de nombreuses sources sur son parcours, qui ont pour nom : Cabrerisse, Salles, Pesquier, Fount del Tourgou…
Quand à la source de la Nielle, elle se trouve sur la commune de Jonquières. Mais elle est sèche 10 mois sur 12. On considère donc qu’elle commence son parcours à 170 m d’altitude, au Gourg Goutonnier, à la limite des communes de Talairan et
Jonquières.
Elle serait une résurgence correspondant à une infiltration d’eau provenant de ruisseaux situés en amont (la Soulane, Frayssinède). En amont, on trouve plutôt des terrains calcaires et des garrigues. En aval, des marnes et des alluvions, propices à l’établissement de la vigne.

LES JARDINIERS DU REDOULAT, à Saint Laurent de la Cabrerisse
Qui n’a jamais croisé, au Redoulat, Michel Roucou et André Barreda ? Parmi les jardins livrés à l’abandon depuis les débordements de la Nielle en 1999, ces deux-là et 2 ou 3 autres, se sont accrochés à leur lopin de terre et ont entrepris de sauver quelques jardins des ronces et de l’oubli…
« Il y a 40 ans, tous les jardins étaient travaillés : les patrons donnaient un lopin de terre aux ouvriers ou bien les « ramonets » jardinaient pour les patrons quand il n’y avait pas de travail à la vigne…Aujourd’hui, les jeunes ne reprennent pas les jardins, les enfants n’y viennent plus ».
Et de se souvenir :
« Avant, les enfants, il fallait les surveiller quand les cerises étaient là ; monsieur Labadie avait un beau jardin à la grille d’entrée monumentale et une serre. Il avait des fruitiers, des poiriers, des pommiers, des noisetiers et nous, qui étions ses voisins, on remuait l’arbre, de temps en temps »…
Chaque jardin a son bassin, et l’eau court d’un bassin à l’autre par un béal et des canaux, depuis la source du Tourgou.
« Avant l’électrification, certains venaient la nuit pour tourner l’eau. » Justin, le troisième compère (86 ans) rigole et ajoute : « Quand j’avais 10 ans, mon oncle m’envoyait garder la source la nuit, vers 11 heures et j’y passais toute la nuit ».
« Puis une ligne électrique a alimenté les moteurs des installations de pompages dans la rivière. Les inondations ont pris les pompages et les jardins. Au fait, Rédoula, ça vient de rédouler, rouler ? »
Actuellement, ils sont 5 à fréquenter l’endroit. Certains ne viennent que les fins de semaine « comme le toulousain, dans son jardin d’agrément, pour pique-niquer ou camper l’été. Un jour, je l’ai entendu s’étonner : « j’ai des tomates, elles ne sont pas toutes rouges ! »…
« Madame Brousse, c’était la plus âgée, elle travaillait son jardin. »
« Je revois encore Gustave Estève, Charlot avec sa sœur, Denise et monsieur
Leroy, le percepteur, boire la carthagène ou la blanquette traditionnelle faite maison et mise à rafraîchir dans le puits. Ils se réunissaient à midi dans le jardin…Le soir, ça finissait au café…Et Pitafe, le boulanger… »
« Il y avait quelques originaux comme celui qui ne mettait que des haricots-paille dans son jardin. »
« Parfois, un outil disparaissait Mais vous savez, quand on prend à quelqu’un, c’est qu’il prend aux autres. »
Les jardins sont entourés de murs. Certaines des pierres proviendraient de Saint Benoît, une ancienne abbaye, d’autres sont des galets roulés. Au centre, un passage cimenté descend vers la rivière. Il est relayé par un chemin de terre le long de la
Nielle.
« La mairie a fourni le ciment et nous avons cimenté le chemin »…
MARIE ROUANET « Tout jardin est éden »
« Debout, jambes écartées de part et d’autre du bref sillon, penché dans un mouvement de gymnaste, le jardinier est en train de semer… »
« Les mouvements sont minutieux, complexes et presque immobiles, des doigts marqués de terre aux ongles ras, jaunis ou verdis d’avoir arraché l’herbe et touché la feuille. Mais quel jardinier se plaindrait d’avoir les doigts verts ? »

N° d'urgence depuis un portable : 112

PRECONISATIONS : Aller sur le document “prévention des risques météo”, cette carte est mise à jour quotidiennement et indique le risque météorologique d’incendies de forêts et les Mesures de Prudence.
Suivre le lien : www.aude.gouv.fr/carte-des-previsions-du-niveau-d-risque-feu-de-a9152.html

Ne fumez pas, en aucun cas n'allumez de feu. Respectons notre patrimoine naturel. Ne laissez pas de détritus derrière vous.

Proposer un commentaire

Création et entretien des sentiers : Pays Touristique Corbières Minervois : 04 68 27 57 57, mail : info@ptcm.fr

Retrouver toutes les randonnées sur : http://www.tourisme-corbieres-minervois.com/randonnees-a-pied.html