Petit abrégé de la littérature occitane

De vers l’an 1200, est daté le roman en prose Filomèna traduit en occitan à partir d’un texte latin qui aurait été écrit à l’abbaye de Lagrasse : « Il s’agit d’une suite de récits miraculeux et de tableaux guerriers où l’on voit Charlemagne fonder l’abbaye de Lagrasse et y mettre son quartier général d’où, avec l’aide de ses 12 pairs et héros de la geste narbonnaise, il repousse les Infidèles au-delà des Pyrénées » :

Assy se conta en cal maniera Karles, can ac près Carcassona cos partic de la Ciutat, in nay cals partz anec, com hedifiquec le monstier de la Grassa. Item com conqueric la Ciutat de Narbona, et d’autres nobles locx.

Ce texte raconte comment Charlemagne après la prise de la Cité édifia l’abbaye de Lagrasse, comment il prit Narbonne et d’autres villes. Pour certains, le troubadour Arnaut de Carcassés ne serait pas né du côté de Carcassonne, comme le laisserait entendre son patronyme mais à Carcassés, un écart de Laroque-de-Fa. Il est l’auteur d’un authentique petit chef-d’œuvre de la littérature romanesque : La nòva del papagai.

Le 19ème siècle marquera le grand renouveau des lettres d’Òc après la création du Félibrige en 1854.