Les produits millénaires revisités

Quand on parle de Corbières et Minervois, le vin s’impose de lui-même mais il n’est pas le seul à exciter vos papilles !
Les terres des Corbières et du Minervois sont généreuses. Les garrigues offrent un merveilleux terrain de jeu aux chèvres et brebis, sans parler de nos besogneuses abeilles qui s’y délectent des nectars des fleurs méditerranéennes.

A la Miellerie des Clauses, tous les secrets des abeilles vous seront dévoilés lors dune visite éducative, ludique et gustative. Ce miel de garrigue devra être accompagné des fromages frais de chèvres ou de brebis. Et si le cœur vous en dit, vous pourrez, en été, accompagner les bergers d’Albas sur les sentes pour un petit déjeuner au cœur du troupeau ; rendez-vous chez nos producteurs pour les voir travailler et vous parlez avec amour de leurs bêtes et de leurs produits.

Es un ciprès cambat que travèrsa la plana,
Un pibol que ven lepar lo ventolet laugièr,
Es un cloquièr movent sus de teulats de lana,
E d’alba a la fin del jorn
Per el es totjorn
L’ora del bergièr
Dins las sentors de la frigola e del mentastre,
Lo pastre, lo pastre.
Son capèl es rostit, sa ropa pendoleja,
De luènh sembla un pal vestit, tant es sec coma un òs.
Lo vièlh faron fa petar l’uèlh, quilha l’aurèlha,
Per gardar son escabòt d’un malparat fatal.
E quand, a negrenuèit, sa jornada s’acaba,
Que tomba sus l’apalhat per un sòm salutós,
Li anetz pas contar (lo fariá venir cabra)
Que per s’endormir son de 
Gents qu’an besonh de
Comptar los motons,Seriá fotut de vos revirar un emplastre 
Lo pastre, lo pastre.
Lo pastre, cançon de La Sauze
Traduction : C’est un cyprès dressé sur la plaine, un peuplier que vient frôler le vent léger, c’est un clocher mouvant sur des toits de laine et de l’aube à la fin du jour c’est pour lui toujours l’heure du berger dans les odeurs de thym et de menthe sauvage. Son chapeau est brûlé, son manteau pend, de loin, il ressemble à un piquet vêtu, car il est sec comme un os. Le vieux chien surveille et dresse l’oreille pour garder le troupeau de toute mésaventure. Quand vient la nuit noire, sa journée s’achève. Quand il tombe sur sa litière pour un sommeil réparateur, n’allez pas lui conter (il deviendrait chèvre) que pour s’endormir certains comptent les moutons. Il serait capable de vous gifler, le berger.

Partout où pousse la vigne, l’olivier la talonne. Comme elle, elle possède ses variétés phares lucques, olivières… ses variétés rares comme la violette de Montpellier. Faites vous initier à l’oléiculture au Moulin de la Restanque, domaine familial où l’on saura vous parler de l’âme de ce fruit millénaire, chanté par Leon Còrdas :
Olius al vent
Olius al vent
cantar de l’ama
anar del temps
Felhum d’argent
qu’al jorn ardent
plega sa rama,
frut ametlenc
patz e vivent
per l’an que ven.
Olius al vent
destin de l’ama
cantar del temps
Traduction : Oliviers au vent, chanson de l’âme, course du temps. Feuillage d’argent ployant sous l’ardeur du jour, fruit en amande paix et nourriture pour l’an qui vient. Oliviers au vent, destin de l’âme, chanson du temps…

Si vous recherchez des tartines, alors rendez-vous à Cucugnan. Lo molin a pas conegut la malasòrt d’aquel de Mèstre Cornilha. Al contrari, sas alas viran tornar mai. Dans le cadre du moulin à vent réhabilité, les Maîtres de mon Moulin vous garantissent un pain et des pâtisseries totalement maîtrisés : variétés anciennes de céréales bio produites dans les environs, moulues sur meule de pierre. Vous y trouverez pain, biscuits, pâtes, gâteaux… et pour les passionnés, les meuniers vous accueilleront en stage si vous le désirez.