Le curé de Cucugnan

L’histoire du curé de Cucugnan naquit d’une anecdote sur un curé de... Ginestas :

— Pan pan pan !
-- Qui tusta debàs ?
-- Lo paire Borràs.
-- Qual demandatz ?
-- De gents de Ginestàs.
-- Aicí n’i a pas, anatz pus bas.
(En infèrn) — Intratz, intratz, n’i en manca pas.
Hercule Birat - Lo sermon del paire Boràs

Traduction : Pan pan pan / Qui frappe en bas ? / Le père Bourras / Qui demandez-vous ? / Les gens de Ginestas. / Ici, il n’y en a pas. Voyez plus bas. / (En enfer) Entrez, entrez, il n’en manque pas.

Mais les auteurs suivants et Roumanille, Daudet et Achille Mir trouvèrent le nom de Cucugnan plus savoureux ! Voici le début du texte d’Achille Mir :

Monsur l’abat Martin, curat de Cucunhan

Èra bon coma lo bon pan,

E tot lo monde l’adorava.

Quand un parossian recoltava

A l’òrt, al camp, quicòm de bon,

Vite, vite, un present a monsur lo Ritor !

Al temps dals pòrcs, èra ’na manna ;

E sa madòna, la Marianna,

Qu’èra pas graciosa dos còps,

En vesent lombets, salcissòts,

Arribar ’la parabastada,
Bascalava coma ’na fada.

E paimens lo brave curat,

Tant cherit e tant onorat

De sa pichòta tropelada,

Aviá son ama entaïnada.

Cregatz qu’èra pas sens rason,

Car lo dimenge, a son sermon,

Pauquis de fidèls assistavan,

E los pus exacts i roncavan.
Achille Mir  

Mais il n’y a pas que le curé à Cucugnan, il y a aussi lo Mètge (le médecin) qui, dans la tradition populaire ou dans des pièces de théâtre (Prospèr Estieu, Max Roqueta) prétend pouvoir réveiller des morts dont personne ne souhaite voir le retour dans ce monde !

Et à Cucugnan, le conte a désormais trouvé un endroit d’expression privilégié avec l’organisation d’une Fête du Conte au mois de juillet, doublée d’un concours de sermons ! Enfin, au cœur du village, une version du Sermon du Curé de Cucugnan, vous est proposée au Théâtre Achille Mir.