Le cœur des corbières

C’est sur ces quelques notes de l’hymne occitan que se termine presque le voyage … en remontant dans le cœur des Corbières. Le relief très tourmenté offre aux VTTistes confirmés et aux marcheurs, un terrain de jeu idéal, entre garrigues et pinèdes… et toujours cette mer de vignes où pointent les petits villages pittoresques où l’on a l’impression, en été que le temps s’est arrêté. Parcourez les sentiers balisés de la Ronde au cœur des Corbières à la découverte des trésors et des secrets cachés des paysages.
Nos paysages se découvrent à pied ou à vélo. Mais, il n’est de meilleur moyen que celui ancestral de l’âne bâté. A Fontjoncouse, à l’Asinerie des Corbières louez un âne pour parcourir les sentes de garrigues avec vos enfants.

Si vous êtes férus de géologie et que vous souhaitez comprendre la formation de l’étonnant synclinal d’Albas, parcourez la rando du Géologue sur les traces des premiers habitants des Corbières… des dinosaures, il y a près de 70 millions d’années. Le cœur des Corbières est méditerranéen ; l’été brûlant fait chanter grillons et cigales. Ce territoire n’en est que plus fragile et ne l’oubliez jamais lors de vos balades et escapades. Ces forêts et garrigues abritent de nombreuses espèces d’oiseaux protégés (Natura 2000) dont vous pourrez découvrir une partie des secrets en parcourant le sentier d’interprétation du Cirque de Viviès, à Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse.

Enfin, rendez-vous à Lézignan-Corbières. L’impression générale qui se dégage de ce territoire, est celle d’une plaine tranquille, recevant les flots d’une mer de vignes, bravant ça et là quelques coteaux abandonnés à la garrigue et à la pinède. Ces Corbières s’élèvent en moyenne entre 200 et 300 m d’altitude. Toutefois, il ne faut pas se laisser endormir par le caractère tranquille de ce paysage. Il reste vigoureux et émaillés de barres calcaires (La Roquelongue), l’écaille de Montbrun-Escales qui est le dernier soubresaut des Corbières) ou de puissantes collines (Boutenac, massif de Fontfroide, espace privilégié de développement de la forêt méditerranéenne : alliance des chênes verts, pubescents et du pin… avec sur les terres très spécifiques du terroir de Boutenac des replantations en pins maritimes, sylvestre et noir, à parcourir à travers deux randonnées : La pinède et le circuit des Combes par la chapelle.
Car cette forêt n’est pas une forêt primaire, elle est le résultat de nombreuses replantations, émaillés de sous-bois, garrigues et maquis, preuves que la nature reprend toujours ses droits, face aux avanies des hommes.

Enfin, se promener dans les Corbières ou, simplement, poser une carte d’un coin du pays sous ses yeux et c’est immédiatement un voyage dans le temps, les activités des hommes et leurs rapports à la nature, qui fera voguer votre imagination. La connaissance de l’occitan vous permettra d’ajouter à la compréhension du territoire.
Prenons, au hasard, une carte du territoire : Pech de la Bade (oc : Puèg de la Bada ; colline élevée) La Frau (la frau : le ravin) ; La Jasse (la jaça : la bergerie) : L’Estagnol (l’estanhòl : le petit étang) : Laygalous (l’aigalós : l’endroit humide) ; Bentafarino (Venta farina : endroit exposé aux vents) ; la Soulane (la solana : versant exposé au soleil) ; la Roumanissièro (la romanissièra : endroit planté de romarin) ; Pradals (pradals : les prés) ; la Bouissière (la boissièra : endroit planté de buis) ; Malpas (mal pas : le passage difficile) ; la Turasse (la turrassa : la grande motte) ; la Gleizette (la gleiseta : la petite église) ; Ginestiès (ginestièr : endroit planté de genêts) ; Pas d’Endiale (pas d’endiala : passage difficile - anguille) ; Garrabous (garrabós : endroit avec des églantiers)…