La poésie au coeur

Si vous voulez connaître intimement ce pays, il vous faudra tendre l’oreille à sa poésie…

E tu, mon vilatge,
De vinha, d ’oliu e de mèl,
Tu, mon vilatge,
Calor, torrada, infèrn...
Podètz cantar cigalas,
Es pas filh de la nuèit.
Sus nòstra tèrra blanca,
Es pas nascut de res...
E tu, mon vilatge,
Sègle après sègle bastit,
De sang e de carn d’òmes,
Sègles per sègles noirit.
Podètz cantar, cigalas !
Nòstra plaça es aicí.
Crida la tramontana,
Nos farà pas partir.
E dins mon vilatge
Quand la vinha va mal,
Dins mon vilatge
Nos cal barrar l’ostal.
Podètz cantar, cigalas !
Si lo vin va mal,
Sus nostra tèrra blanca
Marcelin tornarà.
Claudi Martí

Traduction

Et toi, mon village, de vigne, d’olivier et de miel. Toi, mon village : chaleur, gelée, enfer... vous pouvez chanter, cigales. Il n’est pas fils de la nuit, sur notre terre blanche, il n’est pas né de rien. Toi, mon village, siècle par siècle bâti de sang et de chair d’hommes ; siècle par siècle, nourri. Vous pouvez chanter, cigales ! Notre place est ici. La tramontane crie, mais elle ne nous fera pas partir. Et dans mon village quand la vigne va mal, dans mon village il nous faut fermer la maison. Si le vin va mal, sur notre terre blanche, Marcelin Albert reviendra – Claude Martí.