L’association des chasseurs est un lieu de rencontres mais aussi un lieu de pouvoir pour les relations humaines et la gestion du territoire, objet de discussions interminables, de fâcheries éternelles (qui peuvent se régler autour d’un verre), d’une hiérarchie secrète dans le rôle de chacun mais aussi dans le fonctionnement harmonieux d’un groupe où chacun tient sa place pour le bien de tous ou pour l’objectif visé.

« De retour au village, l’équipe se retrouve dans quelque remise où le « cochon » abattu sera dépecé et découpé. Il sera alors procédé à un partage égalitaire. Les morceaux sont disposés dans des « cagettes » ou du « papier de boucher » portant chacun un numéro. Les chasseurs ayant participé à la battue plongent à tour de rôle une main dans le « saquet » contenant le même nombre de « numéros de loto » pour en retirer celui de la caissette à emporter.
La tête revient alors à celui qui a tué la bête, le foie (morceau de choix) est partagé entre les piqueurs et, si la chasse a été bonne, une part supplémentaire est réservée au propriétaire des chiens. Un verre à la main - celui qui a tué la bête paie la bouteille. On continue toujours et encore de recouper les témoignages fragmentaires des uns et des autres pour recomposer l’ensemble d’une action que personne n’a pu suivre intégralement. » (in Canton de Tuchan et Communauté de Communes des Hautes-Corbières, ed. Vilatges al País).
Être président ou secrétaire de l’Association de Chasse locale est une fonction très importante au sein de la communauté villageoise !