L’Art roman

Dès le XIe siècle, l’Europe se couvre d’un « blanc manteau d’églises ». Robustes et émouvantes dans leur simplicité (sans transept), ces églises traduisent ainsi l’esprit de l’art roman. De cette période subsistent les ruines des prieurés de Saint Michel de Nahuze et de Mirailles, anciennes dépendances de l’abbaye de Lagrasse. Tout comme Saint Martin des Puits, qui est le joyau du premier art roman en Corbières Minervois. Bien que très modeste en volume et en plan, sa nef unique s’ouvre sur le chœur, par un arc outrepassé, dévoilant les fabuleuses fresques du XIIe siècle.

En Corbières Minervois, peuvent encore s’admirer des édifices aux murs solides percés de petites fenêtres à ébrasement, et voûtés en pierre ou charpentés. Les chevets sont circulaires ou plats, comme à Saint-Martin-de-Gasparets. Datée du XIIe siècle. Saint-Martin d’Escales est un très bel exemple d’art roman en Corbières Minervois, avec son chevet voûté en cul de four à trois absides, décorées de bandes lombardes, et dont les petites fenêtres sont rehaussées d’un fin cordon de basalte noir. Ainsi, la décoration joue sur la qualité et les couleurs des pierres.

A Fontjoncouse, Sainte-Léocadie a la particularité d’être adossée aux remparts médiévaux et est intégrée à la défense du village. Vous serez saisi par l’élégance et la sobriété de son portail roman en plein cintre, édifié avec la pierre calcaire du pays, d’une teinte plus claire que les autres parties de l’église.
Enfin, perdez-vous un instant, à l’entrée de cette vallée sauvage… Au cœur des vignes des Corbières, Saint-Félix de Castelmaure, semble attendre. Vous serez touché par la rigueur de son clocher mur, percé d’une petite fenêtre cruciforme et l’ambiance de paisible solitude qui en émane. D’origine romane, elle a été restaurée au XIXe siècle… si vous souhaitez la visiter, passer la porte de la cave coopérative d’Embres et Castelmaure.