JAZZ CONILHAC - SARAH LENKA

Concert

Avec sa sensibilité, Sarah Lenka a toujours abordé le chant comme une manière de libérer les motions qui la traversent. C’est ce qui la rend touchante, c’est ce qui la rend sœur de cette Bessie Smith, qui n’avait peur de rien et brûla la vie par les deux bouts. “J’aime Bessie Smith pour son côté brut, ses histoires crues, ses textes qui racontent le quotidien, et pour son chant sans artifice, qui se fout de l’élégance ou de la sophistication des notes pour aller à l’essentiel, et passer le message de la vie”, explique celle qui a préféré à l’aube de ses vingt ans, renoncer aux Beaux-arts pour partir à Londres intégrer une école de musique et faire, à son insu, le choix du jazz, bouleversée par la tragique vie d’une autre grande voix afro-américaine, Billie Holiday. Après deux disques de jazz salués par la critique (Am I Blue en 2008 ; Hush en 2012) et remarqués du public, la jeune chanteuse – désignée dès 2007 meilleure artiste vocale féminine de l’année par la Sacem – a décidé de se consacrer, pour son 3e album, au répertoire de Bessie. Mais loin de vouloir coller à son modèle, à sa gouaille, elle aborde ce répertoire à sa façon, dans un registre folk-blues qui permet d’en redécouvrir la profondeur et le pouvoir d’émotion. De son timbre éraillé, de son grain de voix troublant et de sa sensibilité féline, Sarah Lenka restitue sans fard toute la profondeur de ces chansons, qui n’ont pas vieillies tant ce qu’elles nous disent de la condition humaine, de l’amour, du désir, reste intemporel et continue de nous parler. Sur scène, elle parvient à les faire siennes, loin de toute affectation, entre fragilité intime et force de caractère. Changeant de registre par rapport à ses albums passés, entourée d’une équipe renouvelée, Sarah Lenka ravive l’esprit gouailleur et endiablé de Bessie, comme elle sait aussi en extraire la mélancolie passagère et l’ironie amère. Autour de la contrebasse de Manuel Marchès, avec les guitares croisées de Fabien Mornet et Taofik Farah, qui usent aussi du banjo ou du dobro pour donner à ce répertoire les couleurs de l’Americana, dans une veine folk/pop, elle sait aussi revenir aux racines du blues et, parfois, au jazz canaille des origines, lorsque la trompette de Malo Mazurié et ses sourdines viennent caresser sa voix. Totalement réarrangées par le groupe, Débarrassées de leurs rides, les chansons de Bessie trouvent sous la voix de Sarah une résonance originale et semblent avoir été écrites pour elle tant, lorsqu’elle les interprète, elles semblent lui coller à la peau. Sarah LENKA : chant Fabien MORNET : Banjo, dobro Malo MAZURIÉ : Trompette Manuel MARCHÈS : Contrebasse Taofik FARAH : Guitare Prolongement de la soirée à la Cave à Jazz/Salle Michel Olive (Conilhac Corbières) avec "The Tweezers" - entrée gratuite.

Période : Le 24 Novembre à partir de 21h00

Lieu : à l'Espace Culturel des Corbières et salle Michel Olive à Conilhac

Organisateur : JAZZ CONILHAC

Type : Culturelle

Tarifs : Plein tarif à partir de 26,00€
Plein tarif à partir de 138,00€ (Abonnement toutes les soirées)