Chanson de l’amandier

Dejós ma fenèstra
i a un ametlièr :
filha despulhada,
l’amètla trencada,
s’esmòu la flor blanca
al vent de febrièr,
la fuèlha afinada,
de cocut al pè.
Per dire polida
dirai d’avelana,
d’amors capitadas
dirai d’ametlons,
la man jos la fauda
lo jaç dins la bauca
es l’amètla tendra
coma los potons ;
l’amètla qu’espèra
dins son clòt de brèça
per d’autras sasons.
Se morís la vièlha
siás tu l’eiretièr
del flòc de ferratja
d’un sol ametlièr
que son ombra tèunha
cobrís son reiaume
e farà flors blancas
un autre febrièr.
Per dire caucanha
dirai d’avelana,
per dire ma lenha
d’un vièlh ametlièr.

Leon Còrdas

Traduction :

Chanson de l’amandier : Sous ma fenêtre est un amandier : fille dévêtue, l’amande cassée s’émeut la fleur blanche au vent de février, l’arbre à fine feuille, gomme sur son tronc. Pour dire jolie, je dirai noisette d’amours partagées les amandes vertes, la main sous la robe, un lit d’herbes folles c’est l’amande tendre comme les baisers. Mais attend l’amande au creux d’un berceau pour d’autres saisons. Quand mourra la vieille, tu hériteras du lopin qui porte un seul amandier dont l’ombre ténue couvre ce royaume, y viendront fleurs blanches en février prochain. Pour dire fortune, je dirai noisette, pour dire ma branche d’un vieil amandier.