La géographie de chaque village détermine la place des jardins : proches des maisons ou en bord de rivière où des systèmes de besal/béal amènent l’eau nécessaire à l’arrosage de chaque jardin suivant des modes de fonctionnement et de répartition anciens. Une haie pour protéger du vent, une cabane où ranger les outils (l’aissada, lo bigòs, lo rastèl, lo palabés, l’asagador), parfois volière ou clapiers à lapins. Jardiniers et jardinières consultent le calendrier, font référence aux saints, surveillent l’évolution de la Lune pour choisir la meilleure période où planter. A Durban-Corbières, la Maison botanique vous accueillera tout au long de la saison d’été pour des visites et des animations autour des plantes sauvages ou domestiques. Vous découvrirez les secrets végétaux de nos garrigues méditerranéennes.

Le jardin, qui fournit les légumes de la maisonnée, est l’objet d’un soin attentif, quasi-quotidien pour arracher quelque mauvaise herbe ou se parer de quelque insecte ou autre animal pouvant nuire à la récolte. Géométrie des carrés du jardin, rangs tirés au cordeau, quelque espaurugal pour épouvanter ou servir de perchoir aux oiseaux (moins poétiquement remplacés par des CD suspendus aux branches),... Quelques fleurs pour égayer l’ensemble.
E cadun e caduna de faire venir sas patanas, sas favas, sos favòls e sas mongetas, sas tomatas, sas ensaladas, sas cebas e sos pòrres, l’alh e lo jalverd, sos viet-d’ase e sas cogordetas, sos naps e sos rafes, sas carròtas e sos caulets, sas cojas (que siague mai gròssa que la del vesin !) ; mais aussi ses fruits : las majofas (les fraises) et ceux de quelque arbre fruitier : cerièr (cerisier), pomièr (pommier), perièr (poirier), perseguièr (pêcher),...
Des fleurs (roses/ròsas, lilas/lillac, tulipes/tolipas, sureau/sambuc, iris/cotèla, glaïeul/glaujòl, pivoine/pivèna, …) égaient les plates-bandes et les haies font la fierté des jardiniers et surtout des jardinières.
Après avoir connu une période d’abandon, on constate depuis quelques années un retour à l’entretien des jardins, à des demandes d’attribution par les nouveaux venus, s’appuyant sur le produire local pour mettre lo país dins la sieta et retrouver une alimentation saine et savoureuse où les légumes et les fruits sont consommés au moment de leur maturité naturelle.

Enfin, tentez deux visites insolites sur le thème des jardins. Tout d’abord à Villerouge-Termenès, un jardin des simples a été aménagé à côté de la place de la mairie. Vous y découvrirez toutes les essences qui servaient à soigner et guérir au Moyen Age : thym, sauge, mélisse, lavande…
A Rouffiac-des-Corbières, vous serez étonnés par l’esprit très zen du Centre de bonsaïs des Hautes Corbières. Alain Blervaque vous racontera comment il choisit dans la garrigue, les arbres atypiques, qui deviendront à force de travail et de patience des vrais petits bonsaïs.