Aquiles Mir (1822 – Carcassonne 1901)

Il s’illustre par ses poésies Lo cant de la Lauseta et ses récits burlesques Lo Curat de Cucunhan ou Lo lutrin de Ladèrn :

Escalas, mon país, ambe sa vièlha torre

Que menaça lo cèl de son grisastre morre,

Escalas, dont la font als environs fa enveja :

L’aiga fuma l’ivèrn e l’estiu sanglaceja !

Escalas e son puèg ont lo fuòc de Sant Joan

Branda al luènh que diriatz la gula d’un volcan ! 
Vilatjòt, ò mon brèç ! ma Musa naut te brama

Dins l’òli de gavèl nègas l’esprit e l’arma !
- Aquiles Mir -

Escales, mon vieux pays, avec sa vieille tour / Qui menace le ciel de son museau gris / Escales dont la fontaine aux environs fait des envieux / L’eau fume l’hiver et l’été rafraîchit / Escales et sa colline où le feu de Saint-Jean / illumine au loin comme la gueule d’un volcan / Petit village, mon berceau ! ma Muse te crie / Dans le vin, tu noies l’esprit et l’âme.