A l’ouest, les Corbières des poètes… et des rois

De part et d’autre de l’Alaric s’étale une partie des Corbières que nous vous invitons à parcourir à travers chemins de vigne et de garrigues ou le long du GR36. Dans les calmes solitudes des chemins, vous pourrez alors méditer ces quelques mots de Joseph Delteil « Ici le temps va à pied »…

Le GR36 vous accompagnera de l’Alaric à Lagrasse.
Quand Laric porta capèl, pren-te garda pastorèl (Quand les nuages couvrent l’Alaric, berger, rentre vite ton troupeau) Sur les pentes de l’Alaric, montagne des poètes et des rois, il rencontre la randonnée du Roc Gris qui vous ramènera vers Moux, village abritant la tombe monumentale de Henry Bataille, qui était pour Louis Aragon, l’auteur du plus beau vers de la langue française et pour Marcel Pagnol un auteur incontournable de son temps.

Après la descente du signal de l’Alaric, point culminant du massif à 600 m d’altitude, le GR36 traverse les communes de Camplong, Ribaute et Lagrasse. Là il frappe aux portes du Val de Dagne. Tous les ans, le dernier dimanche de juin, les producteurs du Val de Dagne vous accueillent dans leurs fermes et n’hésitez pas à découvrir l’étonnant sentier sculpturel de Mayronnes, à mi chemin entre randonnées et culture, peuplé de créatures étranges, qui seront vos compagnons de voyage.
Vous y rencontrerez des collines culminant en moyenne à 400 m d’altitude, recouvertes de garrigue et de pinèdes et entrecoupées de plaines viticoles. Si l’Alaric est sa limite nord, le plateau de Lacamp clôture ce territoire, à l’ouest, avant de vous inviter sur les hautes terres des Corbières, en remontant le cours de l’Orbieu.

L’Orbieu, affluent de l’Aude, traverse ce territoire, c’est une demoiselle au caractère bien trempé. Elle prend sa source à Fourtou et se taille une route de reine sur le plateau de Mouthoumet, qu’elle entaille de gorges spectaculaires. Pendant de nombreux siècle, elle a accueilli sur ses rives les chants des Mitounes, fées lavandières au battoir d’or et les infatigables moulins, des terres de Mouthoumet jusqu’à Luc-sur-Orbieu.
Sur cette partie des Corbières, elle se fait tantôt tranquille, comme à Lagrasse où ses eaux vous offriront en été, une belle pause détente surveillée ou plus capricieuse et tumultueuse à Ribaute. Après Fabrezan, elle se coule tranquillement vers la plaine de l’Aude. Mais attention, elle garde encore du caractère, comme tous les ruisseaux et rivières des Corbières, n’oubliez pas qu’un simple filet d’eau peut se transformer en vague dévastatrice, le simple moment d’un orage.

Sur ces terres occidentales, le climat méditerranéen y est bien marqué même si la sècheresse estivale y est moins prononcée que dans la partie plus orientale où apparaissent les premières hêtraies. Ce massif assure la transition entre les chaînons les plus littoraux et la partie plus montagneuse dite des Hautes Corbières.
Par la diversité de la végétation et le relief peu élevé mais marqué de barres rocheuses, ce territoire offre de nombreux habitats favorables à certains oiseaux d’intérêt communautaire tels que l’Aigle royal ou l’Engoulevent d’Europe.

Sur la commune de Lagrasse, deux randonnées vous inviteront à la découverte des pinèdes (cyprès/cipressièrs, pins/pins, cèdres/cèdres), prodiguant une ombre bienvenue par les fortes chaleurs de l’été. A vous de choisir entre les fesses ou le pied de Charlemagne... nom qui vient de l’ignorance d’un employé du cadastre de la langue occitane. Il transforma l’indication géographique « faissas » qui signifie cultures s’étageant à flanc de coteaux en fesses, mot bien français n’ayant rien à voir et ainsi naquit la légende…